Architecte révolutionnaire, « Hedonistic Sustainability » & tourisme

Hier, je regardais un épisode de Abstract, cette excellente série de documentaires sur le design produit par Netflix. J’y ai découvert un architecte danois, Bjarke Ingels, qui tente de révolutionner l’architecture de son pays et qui s’exporte de plus en plus aux quatre coins du monde. Sa vision, c’est l’ « hedonistic sustainability » ou encore l’utopie pragmatique.

Bjarke Ingels | Hedonistic Sustainability from urbanNext on Vimeo.

Je suis resté scotché par ce gars. Ambitieux, sympa, à fond sur tout ce qu’il fait, complètement fou et créatif et une sensibilité forte sur les enjeux de développement durable. Il m’a même fait penser à Elon Musk sur certains aspects… Et en fait, Bjarke Ingels travaille sur le projet d’Hyperloop One au Moyen Orient, projet inventé par Elon Musk. Ils se sont même rencontrés à Hollywood pour une première de « Games of Throne »… comme quoi !

Mais alors, pourquoi je vous parle de ce gars aujourd’hui. C’est quoi le rapport avec le tourisme ?

Et bien, ce qui me plait dans sa philosophie est cette utopie pragmatique. Dans la majorité de ces projets, il a réussi à faire des projets à la fois design intégrant une bonne intelligence pour les différentes parties prenantes (les habitants ou utilisateurs des bâtiments, les élus, l’environnement, etc.) tout en n’exagérant pas sur les prix. Comme quoi, on peut réussir à développer de beaux projets dans une certaine quête de la durabilité.

Car oui, ces derniers temps, j’avais un peu le sentiment que les entrepreneurs que je rencontrais et qui voulaient impacter pour préserver notre planète, le faisaient avec des ambitions technologiques en particulier. On voyait plutôt des initiatives smart et pas forcément low tech. Et pourtant, à l’heure de la prise de parole de plus en plus fortes des collapsologues, ces scientifiques qui prévoient l’effondrement prochain de notre civilisation et la nécessité de s’y préparer, que doit-on en penser dans le tourisme ?

 

Peut-on imaginer une « hedonistic sustainability » dans le secteur du tourisme ?

Oui, toute la question est là. Au lieu de proposer des services toujours plus perfectionnés et l’utilisation massive de la technologie au service de l’expérience du voyageur, ne reviendrait-on pas à des choses plus simples, plus sobres, plus… jugaad ?

Mais concrètement, cela veut dire quoi comme prestations ? Comme produits touristiques ? Comme hébergements ?

L’exemple de certains ecolodges montrent la voie. On intègre une vision d’architecture bioclimatique où l’on évite de recourir à la climatisation. On pense mieux les bâtiments et les espaces, en bonne intelligence. On essaie justement de faire des choses dans l’esprit de ce que Bjarke Ingels montre. Le travail de Philippe Bossanne chez Huttopia est aussi intéressant dans le milieu de l’hôtellerie de plein air avec une adaptation à l’environnement, une intégration paysagère. On s’adapte plutôt que l’on impose les choses.

Côté montagne, on peut bien sûr parler de la nécessité de s’adapter à l’évolution climatique et non pas essayer de pousser toujours plus les évolutions technologiques pour que les individus puissent continuer à pratiquer la glisse, bien sûr en imaginant des propositions d’expériences sympas en parallèle pour compenser la perte de ces activités. C’est toujours la bonne intelligence qui doit primer et la vision de cet architecte autour d’une « hedonistic sustainability » est parfaitement en ligne avec cet état d’esprit.

 

Le programme LocalHood de l’office de tourisme de Copenhague

Chose étonnante, alors que je participe aux rencontres du e-tourisme de Pau #ET13, je rencontre un autre Bjarke, Bjarke Hjorth, le directeur du marketing digital de l’office de tourisme de Copenhagen, qui a présenté LocalHood, le travail de l’office de promotion dans la prise en compte de la satisfaction et du bien-être des habitants dans la future performance de la destination Copenhague (Rappelez vous l’épisode #IDTALKS sur les habitants…) Nous avons discuté justement de ce positionnement de valeurs de l’architecte qui, selon lui, est une véritable star au Danemark. Au final, on retrouve toute la philosophie de cette durabilité hédoniste dans la politique touristique de la ville en impliquant les locaux à très haut niveau, en échangeant régulièrement sur leur bien-être tout en investissement largement pour une expérience unique pour les visiteurs. Et les résultats parlent pour eux. La destination explose les compteurs en termes de fréquentation !

Au final, cette philosophie est peut-être simplement danoise… mais je crois que l’on a beaucoup de choses à apprendre de notre côté dans la prise en compte de cette « hedonistic sustainability »….

 

Qu’en pensez-vous ? Vous avez d’autres exemples de ce positionnement?

 

Guillaume CROMER, Directeur ID-Tourism

Loading...