Du besoin de leadership dans le tourisme durable

Cela fera bientôt 12 ans que je m’engage au service du tourisme durable. En 2006, je découvrais encore beaucoup le sujet et je rencontrais les acteurs qui tentent encore de faire bouger les lignes dans les enjeux de développement durable du tourisme comme Julien Buot à Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), Caroline Mignon à l’Association du Tourisme Equitable & Solidaire (ATES) avec qui nous formons une partie du bureau de l’association Acteurs du Tourisme Durable (ATD).

Bien sûr, à force d’organiser des rencontres, des séminaires, des universités, etc. j’ai parfois le sentiment de me répéter sur l’importance des enjeux de développement durable dans notre secteur du tourisme et de m’inquiéter du manque de rapidité de la prise en compte des enjeux par les acteurs!

Notre objectif est toujours de changer d’échelle, de faire en sorte que les grandes entreprises, que nos élus (en particulier dans les nouvelles régions et dans les ministères) portent haut et fort des engagements sur ces questions ! Cela passera forcément par là pour changer d’échelle car les petits acteurs, aussi engagés soient-ils, ne pourront jamais engager l’ensemble de l’industrie. C’est bien pour cette raison que, dans l’avenir, nous aurons besoin des paroles des hauts dirigeants comme Sébastien Bazin (Accor Hotels), Henri Giscard d’Estaing (Club Med), Gérard Brémond (Pierre & Vacances Center Parcs), Dominique Desseigne (Groupe Barrière) mais aussi de Messieurs Le Driand & Lemoyne au Ministère des Affaires Etrangères ou encore de Monsieur Hulot (Ministère du Développement Durable) afin de porter haut et fort les ambitions de la France en matière tourisme durable. Hélas, ces prises de paroles sont bien rares à part peut-être Sébastien Bazin à travers le programme Planet 21.

 

L’engagement de Voyageurs du Monde pour des voyages neutre en carbone

Alors, quand un des leaders du tourisme en France prend la parole pour annoncer un engagement fort de son entreprise en matière de développement durable et plus particulièrement de lutte contre le changement climatique, ne boudons pas notre plaisir ! Merci Jean-François Rial pour cet engagement pris afin de compenser à 100% l’ensemble des voyages des marques Voyageurs du Monde & Terres d’Aventure. Les entreprises participeront ainsi financièrement au nouveau fonds d’investissement Livelihoods Carbon Fund représentant 100 millions d’euros, destiné à lutter contre le réchauffement climatique avec un fort impact social et économique local. Parmi les grandes entreprises qui ont participé au lancement de ce fonds, on retrouve Michelin, Schneider Electric, La Caisse des Dépots ou encore Danone, La Poste et Hermès par exemple. Voyageurs du Monde représente ainsi le seul acteur du tourisme dans ce fonds.

 

Derrière ces engagements, il faut que tout le monde porte ces sujets, s’engage dans la droite lignée de Voyageurs du Monde. Il ne faut pas voir de la jalousie ou de la concurrence, on doit simplement y voir de l’engagement au service de notre planète. Quand on relie encore l’alerte lancée par les 15000 scientifiques en novembre dernier ou encore le dernier chiffre de la croissance exponentielle du trafic aérien en 2017, il y a de quoi se poser des questions de l’impact du tourisme sur le climat…

 

Je rêve demain de voir tous les grands leaders du tourisme mettre la pression sur le gouvernement français afin de faire évoluer les règles du jeu dans le développement de nouveaux produits touristiques, dans les règles de classification ou de commercialisation (immatriculation Atout France) afin d’y intégrer des critères de développement durable, de signer tous ensemble une véritable politique de développement durable de notre industrie touristique co-construite entre les élus, les professionnels et la société civile qui ferait référence à l’international et qui bousculerait toutes les destinations leaders dans le monde !

 

Et si on s’y mettait tous ensemble ?!

 

Guillaume CROMER, directeur ID-Tourism

Loading...