[Interview Blogueur Voyage] Rencontre avec Madame Oreille pour en savoir plus sur les relations Blogueurs / Destination

Suite au salon ITB de Berlin et ma participation à la conférence sur les blogueurs voyage et Snapchat qui m’avaient donné une certaine cure de jouvence (lire l’article), j’ai décidé d’aller interviewer Aurélie Amiot aka Madame Oreille qui a monté le Collectif des Blogueurs Voyage pour en savoir plus sur ce métier et sur leur travail avec les destinations ou autres marques du secteur du tourisme.

Salut Aurélie, peux-tu me présenter le collectif des blogueurs voyage ?

Le Collectif, c’est l’association de plusieurs blogueurs dont les personnalités et compétences se complètent. On a monté le Collectif il y a bientôt quatre ans, à une époque où tout était encore à défricher en France !
On développe des campagnes avec des influenceurs, et on fait aussi de la création de contenu.

On gère tout à trois, avec Adeline (Voyages Etc.) et Julie (Carnets de Traverse) mais on est six en tout dans le Collectif, et on travaille régulièrement avec d’autres blogueurs. On fait une veille permanente qui nous permet de toujours savoir quel est le blogueur parfait pour chaque thématique.

Peux-tu me donner ton point de vue sur le rôle des blogueurs aujourd’hui dans l’industrie du tourisme, de manière globale ?

Les choses commencent à vraiment changer. Beaucoup d’acteurs du tourisme commencent à comprendre qu’il est possible d’inclure des blogueurs dans une stratégie digitale, et on est aussi là pour les aiguiller, justement !

Il faut comprendre qu’un blogueur c’est à la fois quelqu’un qui a une communauté (sur son blog et sur les réseaux sociaux, des lecteurs quantifiables et analysables, ce qui est très important : on sait précisément qui lit quoi), mais aussi un ensemble de compétences. C’est donc intéressant d’utiliser les blogueurs en osant sortir du cadre blogtrip traditionnel et construire avec eux des campagnes orientées storytelling, ou de leur faire réaliser du contenu (photo, textes, vidéos) qui correspondront à la patte du blogueur (des choses plus authentiques que le contenu corporate classique !)

Au niveau international, qui sont les blogueurs voyage les plus connus ? Influenceurs ? Quelle est la taille de leur communauté ? Sur quel(s) réseau(x) sont-ils ?

C’est difficile de répondre à une question comme celle-ci. Si tu regardes la listes des blogueurs présents sur certaines conférences comme le Social Travel Summit, ou des opérations internationales comme #NBEFinland, voire les campagnes iAmbassador, tu as quelques noms qui reviennent. Mais à chaque fois que je discute avec des blogueurs étrangers, je ne peux que constater qu’on ne travaille pas du tout de la même manière. Les chinois sont absents de Facebook, bien sûr, et les américains prennent Instagram et Twitter très au sérieux, par exemple.

Et en terme de chiffres, c’est très variable, mais globalement les blogs français sont au final plus lus que les anglophones (il est plus facile de se faire une place sur le marché français) même s’ils affichent des comptes Twitter avec 6 chiffres !

#NBEFinland est un événement qui réunit tous les ans des blogs des quatre coins du globe, en même temps qu’un grand salon du tourisme à Helsinki. En plus des conférences, les blogueurs participants sont invités à découvrir différentes régions. (Laponie, Aurélie Amiot)

Et en France ? C’est vous les « meilleurs » ?

On était les premiers à se lancer, on a donc l’avantage de l’expérience et de la maturité 😀
Plus sérieusement, le positionnement du Collectif s’est toujours voulu qualitatif : produire de beaux articles, s’appliquer sur les photos, les textes. Je pense que c’est le futur. Le marketing de contenu a tellement explosé que les gens sont noyés ; il y a plus d’articles, que de lecteurs potentiels. Donc, si on veut retenir leur attention et les convaincre de partir quelque part, il faut les attraper par la qualité et l’émotion !

On insiste aussi beaucoup sur la notion de cible (et c’est pour cela qu’on affiche un code éthique : pas d’achat de fans et autres tricheries qui faussent complètement les analyses). Il faut toujours choisir un blogueur en fonction de son lectorat, et le voyage est un domaine vaste. Le meilleur blogueur pour parler d’un restaurant gastronomique ne sera pas le même que pour parler d’une rando, par exemple. C’est aussi pour ça qu’on s’est associé à plusieurs pour monter le Collectif : chacun couvre une cible particulière, avec son domaine, son style. On a donc peu de lecteurs en commun, mais la capacité de couvrir à plusieurs toutes les facettes d’une destination.

Fribourg-en-Brisgau : l’Allemagne est un fidèle partenaire du Collectif avec 5 campagnes déjà réalisées et de nouvelles à venir ! (Aurélie Amiot)

Quand je suis sur les grands salons internationaux comme ITB ou WTM, je ne vois que très peu de blogueurs français présents, aucun en tant que speaker, quelques-uns dans les couloirs, assistant à des conférences… pourquoi ? On est en retard en France ?

La première chose, c’est qu’il y a très peu de blogueurs professionnels en France. Je pense que c’est intéressant, pour un blogueur qui a envie de se professionnaliser, de se rendre dans ces événements, mais ça suppose du temps et de l’investissement que tout le monde n’a pas.

Ensuite, je crois qu’on n’a pas la culture “speaker” en France : ça suppose à la fois un bon niveau d’anglais, une certaine assurance, et des capacités d’orateur ! Et puis oui, clairement, il y a très peu de belles opés en France, même si ça change doucement…

Et sur les salons du tourisme en France, SMT, IFTM Top Resa, on vous appelle pour parler de votre métier ?

Assez peu, au final. Il y a quelques initiatives, mais l’axe blogueur professionnel intéresse pour l’instant peu. C’est dommage, parce que je pense qu’on a des avis et des idées qui pourraient ramener un peu de nouveauté et de fraîcheur. Les blogueurs sont des gens passionnés et des voyageurs, ça nous permet aussi de penser des opérations conçues pour véritablement plaire aux lecteurs.

Avec qui travaillez-vous surtout avec le collectif ? Des destinations en France ? Des destinations internationales ? Des tour-opérateurs ? Des groupes hôteliers ?

Pour l’instant, on travaille majoritairement pour des destinations étrangères mais on aimerait beaucoup développer des concepts en France. Nous avons fait une belle campagne pour le Berry, et nous travaillons en ce moment sur la Loire.

Promotion du cyclotourisme dans la Brenne, dans le cadre d’une campagne menée par le Collectif pour Berry Province (Aurélie Amiot)

Comment a évolué votre relation avec les marques ces 2-3 dernières années ? C’est plus facile aujourd’hui de monétiser vos services de content marketing ? Les marques comprennent-elles la valeur ajoutée de vos propositions ?

Là encore, c’est le grand écart entre celles qui comprennent ce qu’on peut apporter outre notre notoriété, et celles qui sont restées à l’échange de marchandise. Dans la mode, on voit vraiment de belles campagnes, avec des collaborations super créatives où les marques ont su faire confiance aux blogueuses et profiter de leurs compétences. Dans le tourisme, les marques sont très frileuses.

Il y a encore beaucoup de stéréotypes sur votre métier comme par exemple que ce n’est pas un métier…  Quels sont ceux que tu voudrais casser là ?

Je pense effectivement que beaucoup ne se rendent pas compte du travail fourni (chaque article représente plusieurs jours de travail, entre les photos, le texte…), et pas compte non plus de ce qu’on peut apporter, et donc pourquoi nous rémunérer. Je prends un exemple qui m’attriste et m’amuse à la fois : une destination voulait me faire partir accompagnée par un photographe qui réalisait en même temps les photos destinées au site. Ils n’avaient simplement pas envisagé que ça leur coûterait moins cher et serait plus efficace de me confier la réalisation des photos (c’est le genre de prestation que je vends justement souvent).

Et sinon, d’après toi, s’il fallait faire une initiative un peu sympa, originale pour promouvoir la destination France à travers des blogueurs, que faudrait-il faire ? Manque-t-il quelque chose à la base sur l’environnement général pour la promotion de la France à l’international, ou a-t-on ce qu’il faut via Atout France pour intégrer les contenus des blogueurs ?

La difficulté en France, c’est qu’il n’y a pas de bureau général qui gérerait la promotion de la destination à l’étranger. Ça rend déjà beaucoup de choses plus compliquées. Du coup, personne ne sait quel hashtag utiliser, par exemple.
Mais je me demande si on ne devrait pas retravailler un peu le “produit” France, avant de réfléchir comment en assurer la promotion, c’est peut-être ça qui nous remettrait aussi dans la course.

Et enfin, quels arguments présentez-vous aux marques pour travailler avec vous ? La taille de votre contenu ? Votre pouvoir d’influence ? Les ventes suite aux campagnes ?

Il ne faut surtout pas travailler avec des blogueurs en espérant des ventes directes et immédiates, même si on a souvent des messages de lecteurs qui sont allés refaire nos itinéraires !
Pour moi, le plus gros avantage qu’une marque a à travailler avec nous, c’est qu’elle va pouvoir cibler des publics spécifiques et nous utiliser comme porte-voix. Notre influence vient du fait de notre crédibilité : les lecteurs nous font confiance (et on est transparents avec eux).

Merci Aurélie et je te souhaite de beaux voyages avec le Collectif!

Guillaume Cromer, consultant tourisme (Suivez moi!)

Vous êtes un hébergeur et vous avez envie de travailler avec le collectif des blogueurs dans une stratégie webmarketing ? Cliquez-donc !

Loading...