Les DINKs – Double Income No Kids – la cible que toutes les destinations s’arrachent

Couples actifs sans enfants, bénéficiant de deux revenus et un pouvoir d’achat important, voilà ce qui résume rapidement les DINKs. Ce qu’il faut aussi retenir et qui nous intéresse dans le secteur du tourisme, c’est qu’ils ne sont pas contraints par les périodes scolaires pour partir en vacances. Et la bonne nouvelle pour ceux qui les ciblent ? Les jeunes couples restent DINKs de plus en plus longtemps. Complètement DINKs!

 

Profilage des DINKs

Pour aller plus loin sur cet ensemble de la population, suite à mes recherches, voilà le portrait que je dresse des Double Income No Kids : ce sont de jeunes couples qui n’ont pas encore d’enfants (ou qui décident de ne pas en avoir). Ils ont un niveau d’étude élevé et travaillent généralement dans le milieu du conseil, du web, de la création ou des professions libérales. Les DINKs se consacrent pleinement à leur carrière et n’ont pas beaucoup de temps à côté de leur travail. Néanmoins, n’ayant pas d’enfants à charge, leur temps libre leur est totalement consacré.

Côté habitudes de consommation, ils sont généralement leaders de tendances et sensibles aux efforts faits sur les questions environnementales. Dans la même logique, ils cherchent des produits authentiques mais revisités avec une touche de modernité.

Les DINKs étant en majorité millennials, ils sont nés avec Internet et donc très branchés digital.

 

 

Et dans le tourisme que recherchent-ils ?

 

Cible stratégique des destinations, les DINKs réalisent plutôt des courts séjours (1 à 3 nuits) assez souvent à l’étranger, ce sont des adeptes des « citybreaks ». Ils recherchent dans les offres et les services des prestations adaptées et personnalisées. Le service doit être très qualitatif alliant confort et prestige sans aller dans le bling bling ! En tant qu’adeptes du digital, ils organisent naturellement leurs séjours de façon indépendante. Sur place, ils ont une capacité d’achat touristique bien plus élevée que la moyenne et n’hésitent pas à consommer du haut de gamme de temps en temps mais leurs choix de consommation ne sont pas forcément logiques.

 

  • Pour les transports

Le temps leur est précieux, ayant déjà peu de temps libre à côté du travail, ils souhaitent profiter au maximum de leur séjour qui reste souvent court. L’avion est par conséquent le moyen de transport le plus adapté pour un « citybreak », dans une capitale européenne par exemple. La signalétique et l’orientation pour les accès en voiture, en vélo ou à pied est aussi important, pas le temps de se perdre !

 

 

  • Pour l’hébergement

Bonne nouvelle pour les hébergements marchands car les DINKs sont adeptes de ce type d’offre en particulier l’hôtellerie moyen/haut de gamme. Ils n’hésitent pas à mettre le prix si cela leur permet de vivre une expérience particulière. Ils peuvent donc aussi être attirés par des offres d’hébergements marchands originales, voire insolites ainsi que par les hébergements qui proposent une offre de spa / wellness. Si vous êtes engagés dans une démarche à effet positif sur l’environnement ça leur plaira d’autant plus !

 

  • Dans la restauration

On peut le dire les DINKs ADORENT aller au restaurant, d’ailleurs la découverte de la gastronomie fait partie des activités qu’ils font le plus souvent pendant leur séjour, les restaurants traditionnels ça les connait, par contre la restauration rapide ce n’est pas leur tasse de thé.  Ils aiment se faire plaisir et tester les restaurants réputés qui proposent des produits de qualités. Le service est aussi important à leurs yeux, l’établissement marquera des points s’il est apte à répondre à toute leurs demandes : cuisine locale, bio, végétariennne/vegan, sans gluten, sans lactose … si vous proposez ces options les DINKs vous apprécieront et n’hésiterons pas à vous recommander.

 

 

  • Et les activités

Les activités favorites des DINKs sont la gastronomie, le shopping et la culture, ce sont même de gros consommateurs d’activités culturelles notamment les excursions ! Néanmoins, enchaîner les visites des « Must too see » dans le stress n’est pas leur but, ils préfèrent prendre un peu leur temps en faisant les visites en se promenant. Jeunes et sans enfants, sortir en soirée fait aussi partie du programme d’activités.

 

Pour leurs séjours plus nature, ils apprécient se promener et admirer la beauté des paysages.

 

Voilà quelques astuces pour satisfaire cette clientèle plutôt exigeante mais à fort potentiel pour les destinations touristiques. EasyJet a d’ailleurs bien compris que c’était une de leur cible prioritaire car en forte demande de courts séjours en Europe. Ils ont fait une campagne de communication spécialement pour les DINKs. – qu’ils cibles un peu largement car ils parlent de célibataire et groupe d’amis donc des SINKs – Single Income No Kids –

 

Maëlle Nègre

Loading...