Intégrer le développement durable dans les colonies et centres de vacances

De la réflexion à l’action au delà des stéréotypes 

Depuis le début des années 2000, de nombreuses entreprises dans le secteur du tourisme ont pris le tournant du développement durable et l’intègrent dans leur mode de fonctionnement. Le programme Planet 21 du groupe Accor ou encore  la certification Travelife pour les tour-opérateurs en sont des exemples éminents. Mais alors, qu’en est-il pour le tourisme social et que signifie pour une colonie ou un centre de vacances d’acter vers une démarche de développement durable ?

Intégrer le développement durable ne signifie pas un séjour plus “nature”!

On ne le dira jamais assez et pourtant la croyance qui consiste à penser qu’intégrer le développement durable dans son mode de fonctionnement réside dans la mise en avant d’une offre plus verte ou plus nature est un stéréotype bien ancré auprès des professionnels français ; or, il est faux!

En réalité, intégrer une démarche de développement durable signifie que l’association ou l’organisation acte vers une réflexion sur les impacts qu’entraînent ses activités sur ses relations avec les salariés, les clients, ses partenaires et l’environnement de manière globale (changement climatique, eau, énergie, biodiversité, pollutions, etc.).

En définitive, le but est de trouver un juste équilibre entre les objectifs économiques, sociaux et environnementaux du centre d’accueil. Dans ce cadre, un centre de vacances proposant des offres axées sur des séjours balnéaires, ou encore des séjours thématiques “automobile/mécano” peut tout à fait établir une démarche développement durable au même titre qu’une colonie de vacances spécialiste des séjours nature.

 

Les principes généraux du développement durable dans le secteur du tourisme social.

L’UnionNationale des Associations de Tourisme (UNAT) accompagne ses adhérents dans une démarche développement durable reposant sur 8 critères qui, selon nous, font sens dans un marché où le développement durable devient un véritable gage de qualité (si le produit touristique est innovant et ludique.) Voici une présentation des critères accompagnés d’un exemple pour chacun d’entre eux :

S’inscrire dans une démarche d’amélioration continue de la gestion environnementale de son activité ;

Exemple : réduction de sa consommation d’énergie, d’eau, de déchets, etc.

    2.  Promouvoir une politique de ressources humaines responsable ;

Exemple : en favorisant l’amélioration des conditions de travail, et l’amélioration de la professionnalisation des salariés permanents ou saisonniers;

    3.  Élaboration d’animations ludiques favorisant la sensibilisation du grand public à l’environnement;

Exemple : jeux de pistes éducatifs  sur l’environnement sous forme d’une chasse au trésor

   4.  Mobiliser des partenaires (fournisseurs, élus locaux, etc.) engagés sur le développement durable;

Exemple : Mise en place d’une charte interne, fournisseurs labélisés, lettres d’information destinées aux élus locaux sur les engagements pris par la structure, etc.

   5.  Renforcer la collaboration entre les acteurs locaux, en favorisant en particulier la main d’œuvre locale et le circuit court;

Exemple : partenariat avec les écoles locales pour les stagiaires et le recrutement des employés.

   6.  Favoriser la mise en place d’une politique d’achats responsables encourageant une consommation  responsable

Exemple : produits marqué “Parc”, biologiques et issus de producteurs locaux

   7.  Intégrer les préconisations environnementales dans les travaux de constructions,

Exemple : favoriser l’éco-construction et l’isolement thermique de haute qualité

   8.  Favoriser une gouvernance durable en impliquant le plus possible les parties prenantes de votre structure dans la prise de décision

Exemple  : Brainstorming, formations internes, etc.

Le label pour mettre en avant son engagement auprès des clients ?   

Comme nous l’avons dit précédemment, de plus en plus d’entreprises dans le secteur du tourisme s’engagent sur la voie du développement durable. La plupart du temps, les entreprises ou organisations s’engagent via l’obtention d’un label reconnu au niveau national (le label clé verte), européen (l’Ecolabel européen), voire mondial (la certification Green globe ou Earthcheck) afin de se démarquer de ses concurrents en termes d’engagements environnementaux et/ou sociétaux.

Néanmoins, une fois le label obtenu (coûtant généralement entre 800 et  5000 euros), les entreprises ou organisations se rendent vite compte que l’obtention d’un label ne ramène pas forcément plus de clients voire pas du tout, si cette dernière ne s’accompagne pas d’une stratégie marketing et de communication appropriée.

Parmi les bonnes pratiques dans le secteur du tourisme social, le réseau Cap France et son label “Chouette Nature” fait un véritable carton et fait figure d’exemplarité en la matière, à la fois dans la réussite commerciale et à la fois au niveau des démarches environnementales et sociétales qui ont été entreprises. Par ailleurs, Cap France fut lauréat en 2007 des Trophées du Tourisme Responsable de “Voyages-sncf.com”.

Dans un autre domaine, le réseau associatif d’hébergements pour jeunes “Ethic’Etapes”, qui regroupe aujourd’hui 45 hébergements sur l’ensemble de la France, établit son approche marketing sur l’authenticité et la qualité des lieux de rencontres pour jeunes venant du monde entier. En effet, le réseau ne met pas en avant sa politique de labellisation (notamment de l’écolabel européen), mais démontre que l’ensemble des hébergements s’inscrivent dans une démarche d’amélioration constante de la qualité environnementale, par le biais d’un service innovant facilitant ce que l’on appelle “l’altérité touristique” (la rencontre de l’autre) qui est un devenu un service de plus en plus recherché.

Engagement pour un développement durable: Indispensable & globale!

Acter vers une démarche de développement durable semble aujourd’hui indispensable et ne se limite pas ou plus à la prise en compte environnementale. Néanmoins, n’oubliez jamais que la durabilité d’une structure ne fait pas vendre, elle doit s’établir autour d’un produit innovant, intéressant et spécifique à une clientèle qu’est la votre.

Le label est un bon moyen de montrer à vos clients votre engagement, mais là encore, il n’aura aucun impact s’il n’est pas accompagné d’une stratégie de communication et de marketing travaillée et personnalisée, en fonction de ce pourquoi vos clients viennent dans votre structure ; ce qui reste la question centrale.

Benjamin Malaterre, consultant ID-Tourism

//

Loading...