Le tourisme fluvial en France, état des lieux et opportunités

Le tourisme fluvial en Francefait partie des pratiques touristiques qui connaissent un retour à la modedepuis ces 5 dernières années. Pratique innovante et potentiellement durable, l’équipe d’ID-Tourism décrypte pour vous un segment en devenir dont les opportunités en France sont immenses.

En effet, tout au long de l’article, nous allons démontrer par des faits et des chiffres, en quoi ce secteur correspond à l’un des segments du marché touristique les plus dynamiques et encore sous-exploité.

I/ De quoi parle-t-on ?

Le tourisme fluvial comprend l’ensemble des activités touristes et excursionnistes s’effectuant sur les voies navigables de France hors transports de marchandises. Ce tourisme fluvial, se pratique aujourd’hui sur neuf bassins de navigation.

Parmi ces neuf bassins, VNF (Voies navigables de France) en gère sept : Nord-Pas-de-Calais, Seine, Nord-Est, Rhin, Centre-Est, Rhône Saône, Sud-Ouest. Les autres bassins, Bretagne et Pays-de-la-Loire sont gérés par les régions.

L’offre de tourisme fluvial en France se caractérise en 4 types d’opérateurs :

A/ Les loueurs nationaux

Ils sont caractérisés par une flotte supérieure à 50 unités et l’implantation de leurs bases sur l’ensemble du territoire, voire dans les pays frontaliers. En France, on dénombre cinq loueurs nationaux : Connoisseur, Crown Blue Line, Locaboat, Nicols, Rives de France.

A noter que Connoisseur et Crown Blue Line sont désormais regroupés avec Emerald Star (premier loueur irlandais) sous l’appellation « Le Boat », devenu ainsi le premier loueur européen.

Ils disposent de 34% des 129 bases de location du territoire métropolitain, certaines sous forme de franchise. Ainsi, le loueur national et constructeur de bateaux, Nicols, compte 20 bases. Nicols n’est propriétaire que de 5 bases réparties sur le territoire français : en Alsace, dans le Jura, en Côte-d’Or, dans le Morbihan et sur le Canal du Midi.

B/ Les loueurs régionaux

Ils se caractérisent par une flotte comprise entre 1 et 50 unités et une implantation généralement régionale. 66 loueurs régionaux (en 2009) sont présents sur le territoire national. Ils exploitent 85 bases de location. Par rapport à 2007, le nombre de loueurs régionaux a augmenté de 4,8%. Mais par rapport à l’année 2001, leur nombre a diminué de 20,5%.

 

C/ Les opérateurs de bateaux promenade

Ils sont 219, pour 378 bateaux et une capacité de plus de 47 000 places. Le nombre d’opérateurs a augmenté de 1,4% par rapport à 2007, pour une évolution de la flotte de 4,1%. A noter que par rapport à 2001, le nombre d’opérateurs de bateaux promenade a connu une augmentation de plus de 17%, tandis que la flotte a augmenté de 24,7%.

 

D) Les opérateurs de péniches hôtels

Ils sont 68 en France, pour une flotte de 88 bateaux et une capacité de 1 220 lits. Ce secteur a connu une légère baisse de sa fréquentation de 1,4%, en 2008. Par rapport à 2007, le nombre d’opérateurs et le nombre de bateaux ont connu une légère baisse (respectivement -1,4 et -1,1 %). Par rapport à 2004, le nombre d’opérateurs a cru de 62%, la flotte de bateaux de 52%.

 E) Les opérateurs de paquebots fluviaux 

On dénombre 11 opérateurs pour 28 bateaux. Ces bateaux pouvant accueillir en moyenne, une centaine de passagers, leur capacité totale atteint 3 540 lits. Entre 2007 et 2008, le secteur a connu une légère croissance, de 22,2% concernant le nombre d’opérateurs, et de 4% concernant le nombre d’unités

II/ Les opportunités du marché  

A/ Evolution générale du marché

Selon les dernières données de 2012, le marché du tourisme fluvial s’est bien maintenu sur l’ensemble de la période.

En effet, ce secteur bénéficie de la tendance des séjours[1] plus courts et affiche un bon taux de remplissage. Certaines destinations ont su mettre en avant leurs identités territoriales permettant à l’offre de se diversifier. La croissance la plus marquée reste incontestablement la filière des paquebots fluviaux avec une hausse de + 11,8% de la flotte et + 5,1% en places offertes.

B/ La location de coches habitables sans permis

En 2012, on comptait 1 604 bateaux répartis sur 121 bases sur l’ensemble des 4 bassins. Les quatre opérateurs nationaux concentrent
à eux seuls 70% de la flotte. Bien que l’on observe de fortes variations autour des valeurs moyennes, on peut mémoriser en ordre de grandeur qu’un opérateur national dispose en moyenne d’une flotte de 280 bateaux contre 11 bateaux pour les loueurs régionaux.

Au sein des deux grands bassins, Sud et Sud-Ouest d’une part et Centre d’autre part, chaque loueur dispose en moyenne de 2,3 bases, ce nombre n’étant que de 1,5 pour les deux autres bassins. Le bassin, Nord et Est et le bassin Bretagne et Pays de la Loire connaissent à la fois un nombre moins important de loueurs mais également un nombre moyen de bases par loueur en retrait.

Le bassin Sud et Sud-Ouest concentre la moitié de la flotte, le phénomène d’héliotropisme, d’une part, et la renommée du Canal du midi, d’autre part, jouant pleinement en sa faveur. Le bassin Centre représente 29% de la flotte, soit une part cohérente avec l’importance de son réseau. Le bassin Nord et Est proposent un large réseau mais ne regroupe que 13% de la flotte, essentiellement implantée sur le réseau alsacien et lorrain.

Les autres régions sont relativement peu touristiques, à l’exception de Paris où la navigation est limitée à certains secteurs pour la location de bateaux habitables sans permis. Enfin, le bassin Bretagne et Pays de la Loire représente 10% de la flotte, soit une part en lien assez direct avec la longueur de son réseau.

 C/ Les bateaux promenades

Dans le prolongement de l’année 2011, la filière des bateaux promenades a poursuit en 2012 sa progression en termes de places offertes (+4,9%) avec une flotte de 435 unités. L’Ile-de-France, région la plus fréquentée en nombre de passagers transportés, est stable et comptabilise 7,631 millions de passagers transportés en 2012 contre 7,681 millions en 2011. Ceci s’explique par la diversification des offres et la capacité d’innovation des professionnels du secteur.

En province, toutefois, malgré un dynamisme prononcé des régions du Sud-Ouest, il est constaté un recul de – 8,9% pour la clientèle française et – 5,6% pour les étrangers qui représentent 20% de la clientèle. Les conditions météorologiques pluvieuses du mois de juillet
2012 ont entraîné d’une forte baisse de fréquentation par les professionnels du secteur. Toutefois, il est à noter que les régions les plus attractives pour les clientèles étrangères sont l’Aquitaine et Midi Pyrénées.

 D/ Les paquebots fluviaux

Avec une offre de plus en plus importante et diversifiée dans toute l’Europe, l’activité des paquebots fluviaux est incontestablement la filière du tourisme fluvial en plus forte croissance (renforcement de la flotte sur la Seine et sur le Rhône avec deux unités en plus sur chacun des bassins ; arrivée également d’une unité sur le Nord-Pas de Calais).

En 2012, on comptait 38 unités contre 34 en 2011 soit un taux de progression de + 11,8% (30 unités étaient en service en 2010).

Le nombre de places offertes est porté à 4 976 soit une augmentation de + 5,1%.

On note un léger recul de la clientèle étrangère qui représente 52% des touristes (58% en 2011) au profit de la clientèle française.

Les trois principales nationalités au palmarès des clientèles étrangères sont :

• les allemands avec environ 45 900 passagers (+ 12.5%),

• les suisses avec environ 13 800 passagers (+ 65%),

• les belges avec environ 10 000 passagers (+ 93%).

Il est à noter que la filière comptabilise à elle seule 222 850 passagers soit une progression de + 20,7% par rapport à 2011. Quelques indicateurs économiques :

• la durée moyenne d’une croisière est de 7 jours

• L’activité annuelle est de 33 à 35 semaines.

• Le taux d’occupation est de 90 à 95 %.

• La durée moyenne d’une escale est de 5 heures

E /  Les péniches-hôtel

Depuis un fléchissement en 2009, la filière des péniches hôtel, maintient une progression de son activité. On dénombrait 67 opérateurs en 2012 contre 64 en 2011 (+4,7%) pour une flotte de 81 unités contre 76 en 2011. Le nombre de places offertes s’élève ainsi à 1 103 places soit une augmentation de + 6,6%. La clientèle étrangère reste la plus représentée (89%) et affiche une hausse en termes de passagers de + 22% par rapport à l’année 2011.

Les principales nationalités présentes sont les américains, les australiens et les allemands. Le nombre moyen de nuitées vendues par passager est en léger recul : 5,3 contre 5,6 en 2011.  Il est à noter que les clientèles privilégient la fréquentation des bateaux de petite capacité : 45% des passagers ont séjourné dans un bateau de 1 à 15 passagers, pour un confort de séjour individualisé. Les itinéraires riches en tourisme culturel restent immanquablement les plus sollicités.

 III/ Les fleuves français un patrimoine encore sous exploité.

Vous l’avez compris, l’ensemble des signaux sont au vert pour le secteur du tourisme fluvial qui connait un engouement important. Néanmoins, ce secteur est encore largement sous-exploité notamment dû à l’absence d’une stratégie de promotion au niveau national. En effet, ce secteur pourrait connaitre un accroissement encore plus important et faire partie d’un élément attractif conséquent grâce à des d’offres touristiques fluviales innovantes et mieux intégrées avec le reste du secteur du tourisme. La création récente d’un site comme www.baladesfluviales.fr montre bien que les opportunités à exploiter sont belles et bien là !

Partant de ce constat, le cabinet ID-Tourism qui est devenu chef de fil du Pôle slowtourism/ecotourisme, auprès de Mattias Fekl (secrétaire d’état chargé du tourisme au ministère des affaires étrangères), a pour but en 2015 d’élaborer un rapport mettant en avant une stratégie de promotion globale du secteur.

Ainsi les acteurs du tourisme fluvial en France, qui est l’un des segments essentiels de l’offre en slowtourism avec le cyclotourisme, auront un rôle à jouer dans la mise en place de cette stratégie.

Si vous-même êtes une partie prenante du tourisme fluvial ou du slowtourism, n’hésitez pas à remplir ce Google Form afin de participer au prochain débat sur le sujet.

Benjamin Malaterre, consultant ID-Tourism (Suivez moi sur Twitter)

Une stratégie marketing pour lancer le tourisme fluvial sur votre territoire ?

[1] Extrait de l’étude sur les retombées économiques de la filière « La location de bateaux habitables sans permis en France » janvier 2013