Mobilité touristique durable : pratiques et enjeux

Etre touriste et les GES

Être touriste, c’est se déplacer hors de son environnement habituel. Et lorsque l’on sait que le tourisme représente 5% des émissions mondiales de CO2, on se dit qu’il est de notre ressort de changer la donne. C’est en ce sens que la mobilité durable, ou éco-mobilité, paraît comme étant la solution à ces maux. Visiter Paris en Vélib, à pied et en métro, une grande révolution ? Quelles initiatives ont été mises en place pour les touristes ? Comment se déplacera le touriste demain ? ID-Tourism vous dit tout.

En ville, optez pour l’intermodalité !

Bus, vélos, tramways, trains ou même vos jambes, ce sont les moyens de transport dits « doux » que vous pouvez utiliser lorsque vous arpentez une grande ville telle que la capitale. Une interconnexion entre les modes de transports urbains pour faciliter au mieux les déplacements des touristes, tel doit être le crédo des communes. Sur le modèle de Paris et sa petite couronne, le réseau intermodal est l’un des plus denses et des plus variés du monde : 14 lignes de métro, 5 lignes RER, 300 lignes de bus, des dessertes vers les aéroports, 4 lignes de tramways et plus de 1200 stations Vélib’. Rien que ça !
Et les touristes en redemandent! A partir du 1er juillet prochain, l’application « Visiter Paris en Métro » sera disponible afin de simplifier les visites des touristes français et étrangers en métro, en tramway, mais aussi en bus. Un outil qui promue l’intermodalité et permet de relier un site touristique à un autre sans déplier sa carte une dizaine de fois dans la journée ? Profitons-en !
Vous ne jurez que par la voiture ? Alors embarquez en Twizy et laissez vous guider par le GPS intégré qui vous orientera le long du circuit que vous aurez au préalable définit. Ecolo et fun, la twizy est parfaite pour une visite guidée de la capitale.

Et en milieu naturel / rural ?

Bien qu’il existe de nombreux trajets qui connectent les grandes agglomérations aux municipalités de la province, il est parfois difficile voire impossible de se rendre dans des milieux naturels ou ruraux tels que des Parcs Naturels Régionaux sans la voiture. Et pourtant, la visite de ces lieux occupe une place de plus en plus importante pour les touristes à la recherche de calme, de nature loin du tumulte des grandes villes. Pour y remédier, des initiatives se multiplient, et l’écomobilité touristique répond à la problématique.

C’est le cas du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse qui propose une navette touristique d’avril à octobre 2014 à l’arrivée des voyageurs de la gare de Saint Rémy lès Chevreuse ou bien de la gare de Rambouillet. Ce « Baladobus » fonctionne également les dimanches et jours fériés pour faire découvrir les bijoux naturels et culturels à des touristes étrangers mais aussi aux parisiens en manque de dépaysement. Une bonne façon d’accroître la fréquentation touristique internationale, nationale mais aussi locale tout en minimisant les impacts négatifs dus à l’utilisation de la voiture.

Néanmoins, ces types de services nécessitent une logistique importante. En effet, une alliance entre partenaires du territoire et partenaires touristiques impliqués dans cette optique durable est indispensable. Aussi, une mobilisation d’acteurs économiques et d’acteurs locaux semble essentielle à la mise en place d’un réseau tel que celui-ci. En guise d’exemple nous pouvons citer l’initiative de l’Association Baie de Somme Zéro Carbone qui lutte pour la protection de leur baie. A l’heure actuelle, l’association compte plus de 40 acteurs touristiques de tous horizons : restaurateurs, producteurs agricoles, hébergeurs… De ce succès résulte des partenariats avec des acteurs plus importants : SommeTourisme, l’ADEME ou encore la Chambre d’Agriculture de la Somme. C’est ainsi que l’Association propose un site web nommé écomobilité en baie de Somme qui permet aux visiteurs de trouver des moyens de transport plus verts autour et en baie de Somme.

Et chez les professionnels ?

C’est avec engouement que les professionnels du tourisme s’engagent dans le développement de la mobilité touristique durable. Celle-ci étant une problématique considérable pour les touristes à l’heure actuelle. Ce n’est donc pas par hasard que voyages-scnf.com organisa de 2008 à 2012 les Trophées du Tourisme Responsable, dans lesquels se trouvait la catégorie « Trophée éco-mobilité » remporté en 2012 par Vélib’ (Paris).

Du côté des hôteliers, certains sont engagés sur la voie de l’éco mobilité. C’est le cas des hôtels Base2stay situés à Londres. Ces derniers proposent aux clients de l’hôtel la location de voitures électriques afin de visiter la capitale anglaise.
De ce côté-là, les français sont à la traîne. Il n’existe que peu d’hôtels qui offrent de tels services. Nous pouvons citer l’Orée des Charmes, Logis de France Bourguignon, qui propose à ses visiteurs de recharger gratuitement, le temps de leur séjour, leur voiture ou scooter électrique. Autre service, cet hôtel permet de recharger à distance son vélo électrique, pratique lorsqu’on se trouve en voies vertes ou sur des pistes cyclables. Malheureusement en France, rares sont les hôteliers privés à proposer ce genre de services.

Bien que l’automobile soit l’ennemi numéro 1 dans le questionnement sur la modalité touristique durable, on ne peut se cantonner seulement à dissuader les touristes de venir sur la destination en voiture. Il faut leur en donner les moyens ! Et ça passe par la conception de systèmes de transports intermodaux qui prend en compte les besoins spécifiques des touristes tels que la saisonnalité, horaires, bagages, etc.
A échelle nationale, les efforts engagés doivent continuer sur ce ton afin de promouvoir une mobilité plus respectueuse de l’environnement et impulser un tourisme responsable qui favorise les échanges sur la destination.

Céline ROMERO ID-Tourism

Vous voulez développer un schéma de développement de transport durable ? Cliquez !

Loading...