Prêt rémunéré, crowdfunding et tourisme durable, combiné gagnant ?

Le crowdfunding en augmentation

Depuis le 1er octobre dernier, le prêt rémunéré des particuliers est autorisé en France. Le décret publié au Journal Officiel mercredi 17 septembre 2014 présente ainsi les principales obligations des acteurs du financement participatif ainsi que les différents plafonds des prêts accordés par des particuliers. C’est vrai qu’en 2014, le crowdfunding a explosé !  Les plateformes de financement se sont multipliées comme Kickstarter, KissKissBankBank ou encore Ulule. Le marché du crowdfunding a ainsi doublé de volume pour atteindre 5 milliards d’euros fin 2013 et une hausse de 160% des sommes récoltées par rapport à l’année précédente.

Et dans le tourisme ?

Cet engouement a ainsi attiré quelques acteurs du secteur touristique et principalement du tourisme responsable. Déjà fin 2012, la maison d’éditions spécialisée dans les guides de voyages engagés et durables  financés l’un de leurs guides sur Montréal via la plateforme Ulule pour près de 10 000 €. En 2013, un projet de balades avec des Vélos à assistance électrique en Alsace avait également réussi sa collecte de fonds sur KissKissBankBank tout comme le projet Ecolodge Ekilibre. Et dernièrement, c’est un hôtel californien à Palm Springs, le Hard Rock Hotel, qui a réussi à lever 1,5 millions de dollars auprès de 85 investisseurs…

Et enfin, à Paris, c’est un hôtel… pour chats (Aristide) qui a été financé à autour de 20 000 € sur KissKissBankBank.

Vers une innovation des modes de fonctionnement ?

Mais alors que le secteur du tourisme croit régulièrement ces dernières années autour de 4% par an au niveau mondial et que les professionnels se doivent de s’adapter continuellement à l’évolution des clients, ne serait-il pas envisageable de faire financer plus de projets touristiques à travers du crowdfunding et surtout du crowdlending (prêt rémunéré) comme l’hôtel en Californie ?!

Les entrepreneurs ont des idées mais les banques ne financent plus grand-chose ces derniers temps… elles ne jouent plus leur rôle ! Et des projets de tourisme durable seraient encore plus intéressants mais les banques les financent encore moins…

Dernière minute, une plateforme de Crowdfunding vient juste de se lancer aux USA: Travelstarter. Le site Tom.travel vient juste de publier un article de présentation! C’est donc bien le sens de l’histoire!

Ne serait-il donc pas envisageable de lier crowdfunding, crowdlending et tourisme durable ?

Les plateformes de Crowdlending ?

Parmi les plateformes françaises de Crowdlending, on peut retrouver Finsquare ou encore Lendopolis. Ils n’ont pas de thématiques particulières dans les projets soutenus. On retrouve même sur Finsquare un hôtelier restaurateur (La Plage) de Marennes (17) qui vient juste de clôturer sa demande de financement pour améliorer la cuisine du restaurant pour un montant de 8000€ prêté à un taux moyen de 8,14%. Le crowdlending dans le secteur touristique et donc bel et bien possible !

Et demain, ce sera pour un tourisme durable comme nous le montre Laure Verhaeghe, co-fondatrice de la plateforme Lendosphère qui, comme elle nous le dit, « est la première plateforme de financement participatif en prêts rémunérés dédiée uniquement à des projets de développement durable. Derrière ces deux mots, se trouvent une infinité de projets et de nombreux secteurs d’activité (tourisme, mobilité, urbanisme, agriculture, recyclage, économie de fonctionnalité, etc.). Si son premier projet concerne une ferme éolienne implantée en France, Lendosphere ne se limite pas au secteur des énergies renouvelables. La plateforme est ouverte à tout type de projets, à condition qu’ils participent à la transition écologique de notre territoire. »

Et quand je lui ai demandé si les projets soutenus pouvaient être des écolodges, de tour-opérateurs de tourisme équitable ou encore des start-ups investis dans le voyage collaboratif, voilà sa réponse :

Evidemment ! Nous sommes ouverts à ce type de projets, qui proposent une nouvelle façon d’envisager le tourisme, en réponse aux attentes des citoyens sensibles à l’impact de leurs voyages. Les entreprises qui souhaitent recourir au financement participatif en prêts rémunérés doivent nous présenter leurs derniers bilans et comptes de résultat, ainsi que leur prévisionnel, afin de fixer le taux d’intérêt et la durée du prêt. Nous les accompagnons ensuite pour la présentation du projet sur la plateforme, pour communiquer et pour gérer les remboursements mensuels. Le financement participatif leur permet de trouver un financement réactif, tout en communiquant auprès d’une communauté de prêteurs convaincus, qui souhaitent donner du sens à leur épargne. Ils seront les premiers ambassadeurs des projets auxquels ils prêtent !

Il n’y a donc plus à attendre ! Le crowdlending permettra assurément de financer des projets de tourisme durable à partir de cette année !

Guillaume Cromer, directeur ID-Tourism (Suivez moi sur Twitter)

Loading...