Sylvotourisme ou l’art de savoir mettre en tourisme la forêt

En début de mois, ID-Tourism a démarré une nouvelle mission pour le Pays Pyrénées Méditerranée dans les Pyrénées Orientales sur une formation / action en sylvotourisme auprès d’une petite dizaine d’acteurs locaux intéressés par la mise en tourisme de la forêt. Porté par les Bains de forêt ou sylvothérapie, il est intéressant de voir que l’écosystème forestier attire de plus en plus, avec des initiatives variées pour les visiteurs. Un enjeu intéressant pour les destinations à forte densité forestière ainsi que les propriétaires privées ou publics qui peuvent ainsi imaginer de nouvelles offres et des retombées économiques pour les acteurs locaux.

La forêt, source de bien-être

C’est LE sujet du moment ! Les bains de forêt sont tendances. Il faut y voir un nom assez générique sur les différentes propositions d’accompagnateur.rice.s spécialisé.e.s, de thérapeutes, de personnes diplômées qui proposent des activités de bien-être en forêt. L’objectif, comme c’est dit dans la vidéo de Loopsider, c’est la lutte contre le stress, la recherche d’un bien-être psychique. Et chaque individu trouvera son activité (embrasser les arbres, marcher pieds nus, se rouler dans les feuilles mortes, toucher la mousse, faire du yoga, danser, etc.). On voit apparaître de plus en plus d’offres comme ici dans les Vosges du Nord avec Manuela Peschmann ou encore ici Camille Courbion près d’Annecy. Pour ces médiateurs avec qui j’ai pu discuter, le succès est plutôt au rendez-vous et la médiatisation actuelle est intéressante mais ouvre aussi l’appétit de n’importe quelle personne qui souhaite faire un peu d’argent… donc si vous souhaitez organiser ou recommander des activités de sylvothérapie au sein d’une destination, demandez les diplômes et certificats !

Manuela Peschmann

La forêt, source d’aventure et de … survie

Historiquement, c’est plutôt cette vision classique du sylvotourisme qui a été développée en particulier les accrobranches ou parcours aventure en forêt. C’était en 1995 à Serre Chevalier (Hautes Alpes) que le premier vrai parcours aventure en forêt est créé. Aujourd’hui, on doit en dénombrer plus de 500 dans toute la France mais il est clair que les propriétaires des parcours doivent toujours développer de nouvelles propositions de valeurs pour attirer. Ça a été le cas de Bol d’Air dans les Vosges qui a depuis développé toute forme d’éléments à sensation.

Aujourd’hui, on voit plus d’éléments autour de la survie. Porté par les émissions TV comme Man vs Wild avec Bear Grylls ou encore Mike Horn sur The Island et bien sûr Koh Lanta, le survivalisme a la côte ! Un peu comme sur les Spartan Race et les Mud Days, les gens veulent se faire mal et/ou se faire peur. On voit donc apparaître de plus en plus de stage de survie organisé dans différents milieux et particulièrement en forêt car c’est le plus accessible et où l’on retrouve le plus de matériaux pour dormir et se faire à manger. Parmi les différentes initiatives, la boîte Survivor Attitude en a fait un large business.

Sur le site de stage de survie par Survivor Attitude

Bien sûr, dans des versions plus smooth, on peut aussi citer l’agence Serendip et son produit « Seul.e face à la nature » ou encore certaines propositions de Chilowé, spécialiste des microaventures.

La forêt, source d’apprentissage

Moins connu, la forêt, c’est aussi un formidable outil de médiation et d’apprentissage. Par exemple, on retrouve des propositions pour découvrir les plantes sauvages ou les champignons de manière assez classique. La forêt, c’est aussi un univers merveilleux, une biodiversité incroyable et des métiers divers et passionnant. Qui n’a jamais rêvé d’aller dans les cimes des arbres avec Francis Hallé après avoir vu le documentaire « Il était une forêt » ? Qui n’a jamais voulu partager le savoir de Peter Wohlleben suite à la lecture de « La vie secrète des arbres » ? Des techniciens forestiers, des artisans qui travaillent dans la culture du liège, des experts qui analysent la petite biodiversité dans les forêts, tant de métiers qui peuvent se transformer en belles rencontres avec des visiteurs, avides de curiosité. Nous sommes dans l’ère d’un tourisme apprenant alors dénichez les petites dans vos destinations pour qu’il partage leur passion et leur métier aux visiteurs.

Culture du chêne liège

La forêt, source de rafraîchissement et de rêve

L’urgence climatique est là. Les températures augmentent. Les forêts vont devenir des refuges de fraîcheur. Et si on imaginait plus d’activités douces en forêt pour permettre à ces personnes en quête de fraîcheur, de prendre le temps, de respirer, de se retrouver entre amis, sous la protection naturelle des arbres. Et bien sûr, il y a les nuits. La fraîcheur de la forêt et des nuits en forêt pourrait bien être de plus en plus recherchés par les visiteurs. A l’instar de Philippe Bossanne et du développement de sa marque Huttopia, il est encore temps de proposer de multiples expériences de nuitées en forêt pour toutes les gammes, que ce soit en cabanes perchées de luxe ou en tente suspendue plus simplement.

La forêt, source d’émerveillement et de poésie

L’art s’est offert une place dans les forêts. Que ce soit de l’art contemporain comme dans les Landes de Gascogne ou de l’art plus ludique comme autour de Copenhague avec les géants cachés des bois, la forêt devient un lieu d’émerveillement et de poésie. Ces balades contemplatives permettent de proposer un but à un visite, une attractivité nouvelle.

Les superbes géants en bois autour de Copenhague à découvrir à vélo!

Mais l’art peut aussi se traduire par de la médiation artistique. On commence à voir apparaître des cours de danse en forêt comme pour les bains de forêts mais aussi des cours plus classiques de photos. D’autres formes font désormais leur apparition dans les forêts comme les ateliers d’écriture et de poésie comme ici avec Blandine justement dans les Pyrénées Orientales.

La forêt, source de mystères

La forêt, c’est aussi des mystères. Derrière les légendes des fées et des lutins que l’on peut voir dans des destinations qui jouent la carte du mystère, on peut juste changer les horaires de visite des forêts. Se balader dans la nuit est une expérience en tant que telle et les visiteurs n’ont pas du tout l’habitude de le faire ! Pourtant, c’est un autre regard, plein de mystères qui s’installent et chaque activité devient totalement différente et dépaysante !

La forêt, source d’éclats de rire 

Pour finir, la forêt, c’est aussi un formidable terrain de jeu ! On pourrait parler de toutes les activités ludiques qu’offrent naturellement la forêt. Mais je voudrais m’arrêter sur deux propositions assez innovantes. La première, ce sont les offres de réalité virtuelle comme ici avec Gruffalo en Angleterre où les familles peuvent interagir avec des personnes augmentées sur les smartphones ! Une superbe attractivité pour une destination mais attention au budget et au vieillissement potentiel de l’offre ! Avec Carole chez Blob Enjeu, on en parle souvent et elle a plein d’idées au top ! Enfin, je m’arrêterai sur cette belle découverte (que j’ai bien envie de tester !). Il s’agit d’un escape game en forêt qui dure 20 heures ! A faire entre potes ou en familles pour de supers souvenirs. Un animateur qui suit le groupe jour et nuit pour interagir, lancer des énigmes, faire peur, etc. Ca s’appelle Escape Forest et c’est dans le département de l’Oise au Bois de Rosoy.

Loading...